The Killing (US)



Le détective Sarah Linden, de la police de Seattle, est sur le point de partir en Californie pour se marier avec son petit-ami. Le jour de son départ, un appel provenant du Discovery Park l’oblige à retourner au travail. Un pull ensanglanté ainsi qu’une carte de crédit ont été découverts dans un champ, à l’écart de la ville. Cette carte de crédit est au nom de Stan Larsen, père de la jeune Rosie, que ses parents et amis n’ont plus vu depuis le week-end. Une nouvelle enquête s’ouvre pour Sarah et son coéquipier Stephen Holder qui vient tout juste d’être promu aux Homicides. Plusieurs hypothèses vont rapidement entrer en jeu dans cette enquête haletante, mêlant affaires de famille, mafieuses ou encore politiques. Portée par deux acteurs talentueux mais encore trop méconnus du public que sont Mireille Enos et Joel Kinnaman, la version américaine de The Killing est une série à l’esthétique parfaite et au scénario saisissant.

Deux premières saisons grandioses

Une fois le corps de la jeune Rosie retrouvé dans le coffre d’une voiture, noyée près d’une forêt, Sarah n’arrive pas à quitter la ville et à laisser cette nouvelle affaire derrière elle. L’annonce du meurtre de l’adolescente suscite l’effroi à Seattle, notamment dans les plus hautes sphères du pouvoir. Darren Richmond est alors candidat aux élections municipales, aidé par ses deux fidèles conseillers : Jamie Wright et Gwen Eaton. Les détectives ne tardent pas à faire des rapprochements entre l’affaire Larsen et le candidat, ce qui le placera dans une position délicate quant aux élections à venir. De plus, la réalité du monde politique est révélée, avec ses coups bas et l’instrumentalisation des esprits (l’affaire Larsen sera notamment utilisée pour émouvoir tout électorat potentiel). Ainsi, la série entremêle plusieurs intrigues, criminelles et politiques qui happent le spectateur et l’obligent à faire travailler sa réflexion. Qui a tué Rosie Larsen, voilà la question principale qui place tout le monde comme potentiel suspect.

L’intrigue de la série se déroule dans différents quartiers de Seattle, entre la banlieue résidentielle où vivent les Larsen, les bureaux de police ou encore ceux de Darren Richmond. L’ambiance est pesante, et l’environnement gris et sombre, toujours teinté de mystère. La pluie est omniprésente et propage un fort sentiment de mélancolie qui saisit le spectateur dès les premières images. L’esthétique est crue, très belle et saisissante, avec des panoramas surplombant la ville et la nature attenante. Cette ambiance est cruciale pour l’immersion du spectateur et le partage d’un sentiment d’angoisse et de suspense. De plus, le jeu des acteurs propage lui aussi ces sensations. Le désespoir des parents et amis ayant perdu Rosie crève l’écran et révèlent de nombreux acteurs. La persévérance des deux inspecteurs pour résoudre cette affaire entraîne l’adhésion du spectateur qui souhaite de tout cœur la réussite de ces deux protagonistes. Enfin, une relation de plus en plus complice se tisse entre ces deux détectives, alors que tout semblait les opposer. L’humour ravageur de Stephen Holder, détective immature et torturé, s’oppose à la taciturne Sarah Linden qui se révèle petit à petit au fil des saisons. Mère de Jack, jeune adolescent, cette dernière doit faire face aux difficultés que suppose le métier accaparant de détective. C’est grâce notamment à Régie, son ancienne tutrice, mais également à la présence et à l’attention de son coéquipier qu’elle tentera progressivement de lier les deux bouts.

The Killing représente une série très bien ficelée, avec de nombreuses intrigues tour à tour validées ou discréditées. La deuxième saison marque l’achèvement de l’affaire Larsen, avec des révélations incroyables quant au meurtre de la jeune fille. C’est sur cette saison que se clôt cette histoire macabre qui a su mêler humanité et cruauté, espoir et tristesse. Mireille Enos et Joel Kinnaman sont deux acteurs au talent indéniable, qui ont connu quelques apparitions sur grand écran ces dernières années. Mireille Enos a en effet joué aux côtés de Brad Pitt dans War World Z, tandis que Joel Kinnaman incarnait il y a quelques semaines Robocop, film sorti au cinéma le 5 février 2014. Espérons que cette reconnaissance tiendra ses promesses et les portera vers de nouveaux rôles et une meilleure visibilité dans le monde du cinéma.

La troisième saison ; une nouvelle intrigue palpitante

La troisième saison inaugure de nouveaux acteurs ainsi qu’une toute nouvelle affaire. Désormais, les deux protagonistes vont explorer les faces les plus sombres de la ville de Seattle, dans les quartiers pauvres liés aux deals et à la prostitution. Sarah est confrontée aux démons de son passé : une ancienne affaire non résolue ainsi qu’un ancien amant, le détective Ed Skinner (interprété par Elias Koteas, notamment aperçu dans Zodiac de David Fincher). Cette nouvelle enquête s’ouvre sur des disparitions de jeunes prostituées, qui laissent derrière elles cadavres et interrogations. En parallèle de ces meurtres, Sarah est replongée dans une affaire qui a marqué sa carrière mais également son esprit. Le meurtrier supposé, accusé au cours de cette précédente investigation se trouve dans le couloir de la mort, et son exécution arrive à grands pas. Sarah a cependant toujours des interrogations quant à cette ancienne affaire et se demande si elle a mis le bon suspect sous les verrous. Ce dernier est joué magistralement par Peter Sarsgaard qui interprète un personnage noir, à l’humour tranchant. Ce prisonnier aime manipuler les autres, et une relation malsaine s’instaure avec son gardien de prison. Dans cet environnement clôt, le suspense est au plus fort pour le spectateur, qui s’attache paradoxalement à ce meurtrier torturé. Les doutes de Sarah se répercutent sur notre jugement et nous poussent à nous demander si Tom Seward est le réel assassin.

Encore une fois, le scénario combine suspects, intrigues et meurtres pour tenir le spectateur en haleine du début à la fin de l’intrigue. Les nouveaux acteurs intégrés à la série, tels que Peter Sarsgaard ou encore Bex Taylor-Clauss qui joue une jeune sans-abris liée au monde de la prostitution à la recherche de son amie disparue, portent la série vers plus d’excellence. Malheureusement, celle-ci s’interrompt sur un douzième épisode qui plonge le spectateur dans l’incertitude et le laisse sur sa faim. AMC a en effet décidé de mettre un terme à cette œuvre qui, malgré des audiences spectaculaires de ses débuts, ne suscitait plus l’enthousiasme de son public américain. Toutefois, un nouveau rebondissement a eu lieu il y a peu : la série a été reprise par la chaîne Netflix, qui a commandé une ultime et dernière saison 4. Ressuscitée par deux fois, The Killing promet encore de nombreux rebondissements, et peut s’offrir une clôture digne de ce nom. Le tournage de cette dernière saison a commencé en février, pour le plaisir de ses fans et de ses acteurs.

Amateurs de séries noires, spectateur en quête de suspense et de sensations fortes qui ne refuse pas un peu d’humour grinçant, The Killing est fait pour vous.



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s