One Girl, Two Movies #2

Hello hello ! 2ème volet de cette petite série cinéphage, One Girl Two Movies, c’est parti ! Au programme du jour : La Montagne magique et l’Épisode 1 de The Americans !

  • The Americans, Episode 1 ; Joe Weisberg

Intrigués par la critique élogieuse que les Inrocks faisaient de la saison 3 du show, ma petite famille et moi nous sommes intéressés à la chose lundi dernier.

Action, espionnage et jeux cérébraux

On plonge tout de suite dans le coeur du sujet : l’enlèvement d’un homme politique russe aux Etats-Unis, orchestré par Philip et Elizabeth Jennings, héros de la série. Ce couple d’espions russes est chargé de traquer et de livrer à l’URSS tous les ennemis de leur patrie, ceux qui ont décidé de s’allier aux Américains plutôt que de servir les idéaux communistes.

En plein contexte de Guerre Froide, The Americans s’attaque à un sujet de taille avec des thèmes cruciaux tels que le patriotisme, l’espionnage ou encore la loyauté. Philip et Elizabeth ont été entraînés pendant de longues années, tant psychologiquement que physiquement, pour mener à bien les missions que leur confie leur pays. Fiers d’appartenir à la nation socialiste, ces deux personnages ont infiltré avec brio la société américaine dans un but purement stratégique. Construire un couple, trouver un travail et fonder une famille, ont été autant d’étapes clés de leur intégration et de leur couverture.

Leur véritable métier d’espions nécessite une vigilance constante. Dans un pays en guerre contre le communisme et largement influencé par le discours maccarthyste, Philip et Elizabeth représentent des ennemis de taille. Bien que menés avec professionnalisme et discrétion, leurs actes finissent par éveiller les soupçons d’un membre des Services Secrets, Stan Beeman, qui est accessoirement devenu leur nouveau voisin. Désormais cernés par le danger, les deux héros vont devoir faire preuve d’ingéniosité pour échapper à l’éteau de leur ennemi.

the_americans_a

Double-jeu

Construire une vie fondée sur l’anonymat et la normalité a été une mission de longue haleine pour ce couple d’espions. Coupés de leur passé, les deux personnages ont du tirer un trait sur tout ce qu’ils ont vécu auparavant, tant sur le plan familial qu’amoureux. C’est lors d’une réunion formelle qu’ils se rencontrent, autour d’un solennel repas inaugurant leur vie commune. Par stratégie, Philip et Elizabeth doivent se marier et construire une nouvelle vie aux Etats-Unis. Cette union forcée explique la relation complexe unissant les deux personnages et leur difficulté à construire un lien sincère et véritable.

Cette nécessité de tirer un trait sur leur passé respectif a conduit les personnages à se replier sur eux-mêmes, dans un élan de survie personnelle. Cette réaction a placé dans l’ombre de larges pans de leur vie, vie dont chacun d’eux est exclu. Cette situation de secret à la fois imposé et voulu a poussé les personnages dans un double-jeu tant dans la sphère publique que privée. Au fil des années, et malgré la construction d’une famille – les deux héros ont eu deux enfants – un fossé de plus en plus grand s’est creusé entre mari et femme. Toutefois, face au danger, cette carapace se craquelle et permet aux personnages et public d’en découvrir plus sur ces deux espions, soulagés par la confession.

To conclude : Ce premier épisode de The Americans est intrigant, à défaut d’être passionnant. Son esthétique très vintage m’aurait fait juré que le show datait des années 2000, maaaais non, en fait. Il vient s’ajouter au clacissisme de la série, son manque de sexyness. Ses personnages sont graves (gravité, sérieux, voui), son intrigue est pesante, ses problématiques complexes et dures. Tout ça sur un rythme un peu lent un peu long. Bref : il faudrait s’y attarder et s’y accrocher. Avis aux intéressés, j’y reviendrai sûrement, sûrement dans longtemps !

 

  • La Montagne magique de Anca Damian

affiche_MM_09-11

Collage, peinture, dessin font partie des nombreuses techniques artistiques utilisées dans La Montagne magique pour représenter le destin d’un homme d’exception : Adam Jacek Winkler. Forme et fond se rejoignent de par leur beauté et leur profondeur, entraînant le spectateur dans un univers à la fois dur et onirique.

Récompensé dans de nombreux festival – Annecy, Amiens, Festival Karlovy Vary – le dernier film de Anca Damian a également été salué à la fois par la presse et le public. La poésie inhérente à l’œuvre, relative tant aux images qu’aux mots, explique cette adhésion unanime.

Contée à la première personne du singulier, l’aventure d’Adam Jacek Winkler transporte le spectateur de la Pologne à l’Afghanistan. L’engagement politique de cet homme va l’engager sur le front afghan, en combat ouvert contre son ennemi russe. Cette épopée individuelle croise celui de sa fille, laissée en France, dont la voix n’est pas oubliée et teinte le récit d’une poignante innocence.

Je recommande ce film pour sa poésie et l’humanité qu’il dégage. C’est une oeuvre forte à ne pas manquer, pour son fond comme pour sa forme !

2 réflexions sur “One Girl, Two Movies #2

  1. « C’était l’oasis, la salle noire de l’après-midi, la nuit des solitaires, la nuit artificielle et démocratique, la grande nuit égalitaire du cinéma, plus vraie que la vraie nuit, plus ravissante, plus consolante que toutes les vraies nuits, la nuit choisie, ouverte à tous, offerte à tous, plus généreuse, plus dispensatrice de bienfaits que toutes les institutions de charité et que toutes les églises, la nuit où se consolent toutes les hontes, où vont se perdre tous les désespoirs, et où se lave toute la jeunesse de l’affreuse crasse de l’adolescence. » Marguerite Duras

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s