David contre Goliath dans la vallée d’Elah

– Paul Haggis ; 2007 –

Alerté par l’armée, Hank Deerfield apprend que son fils Mike, tout juste rentré d’Irak, manque à l’appel. Débute alors la recherche forcenée d’un père en quête de vérité.

973783_3_efa7_susan-sarandon-et-tommy-lee-jones-dans-le-film

Thriller intime

La sobriété, voici l’un des mots qui pourrait le mieux caractériser ce film de Paul Haggis. Elle se trouve tout d’abord dans l’esthétique de l’oeuvre, particulièrement réaliste, aux teints grisâtres et à la lumière déclinante, qui confère au film une atmosphère mélancolique et inquiétante. Cette tension est palpable dans les décors mêmes, irradiant la petite ville et base militaire du Nouveau Mexique où Hank va mener son enquête. On sent dès le départ tout ce que cette recherche coûte au père de famille, rongé par le doute et miné aussi bien émotionnellement que physiquement à l’idée de ne pas retrouver son fils. Tommy Lee Jones est ici magistral, plein de retenue mais aussi d’une force inébranlable, toujours tendue dans la même direction. Au fil du temps grandissent ses appréhensions et l’idée que son fils pourrait bien n’être plus en vie, peur qui se propage du héros au public et nous plonge dans un puissant marasme.

Ancien sergent, ce père de famille va faire jouer ses connaissances policières et réseaux pour enquêter sur la disparition de son plus jeune fils. Alors qu’il a déjà perdu son aîné dans un précédent conflit, le héros poursuit l’espoir fou de retrouver sain et sauf son dernier enfant. Cette foi ainsi que la ténacité l’animant, confèrent d’emblée un caractère dramatique au film et lui permet de ne pas tirer trop facilement sur la corde sensible pour émouvoir son public. La tension visible sur le visage de Tommy Lee Jones, les vacillements de Susan Sarandon ou encore le regard embué de Charlize Theron sont autant de vecteurs d’émotion qui touchent efficacement leur public. Enfin, une bande son orchestrale vient compléter ce capital dramatique, tout en restant assez discrète pour ne pas tomber dans le pathos.

Métaphore filée

Rejoint par une inspectrice de talent, déterminée à arracher cette affaire à l’Armée, Hank va donc se confronter à l’un des organes les plus puissants des Etats-Unis. Tout au long de ses deux heures de film, Paul Higgis parsème l’intrigue d’indices qui viendront contrecarrer les premières suppositions des autorités tant policières que militaires. Progressivement, l’on découvre que la disparition de Mike cache un bien plus vaste problème qu’est celui de la guerre d’Irak et de toutes les dérives qu’il a entraîné.

Auparavant un patriote convaincu, adorateur devant le drapeau et son pays, Hank va déchanter et plonger dans les lourds secrets de ses successeurs partis en Irak. Déjà au fait des crimes pouvant être commis par l’Armée, du fait de son appartenance passée au système, l’ancien soldat n’en demeure pas moins troublé par les nombreuses révélations émaillant son enquête. C’est grâce à la combativité du détective Emily Sanders qu’il pourra se frayer un chemin jusqu’à la vérité et mettre à mal les manigances orchestrées par l’Armée pour enterrer ses responsabilités durant le conflit.

18794327.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Partant d’une quête personnelle et émotionnelle, Dans la vallée d’Elah dérive et embrasse le genre du thriller politique et engagé en dénonçant à force de coups portés les failles du système militaire américain. Dépeignant le portrait d’une génération sacrifiée, le réalisateur met à jour les sévices tant physiques que psychologiques endurés par des soldats revenus d’un conflit meurtrier et traumatisant. Accepter les crimes commis à l’étranger, les juger mais aussi réintégrer ceux ayant plongé dans l’enfer de la guerre sont autant de problématiques soulevées par l’oeuvre. La métaphore de David contre Goliath se décline ici tant dans le combat mené par les deux héros de l’intrigue contre l’Armée que dans celui, ancré dans la réalité et porté par Paul Higgis pour mettre en lumière des problématiques brûlantes d’actualité et de gravité.

Pour conclure : 

Malgré quelques longueurs, Dans la vallée d’Elah est un film bien mené, bien que très classique. Son intrigue est particulièrement intéressante et soulève des problématiques cruciales telles que la responsabilité de l’Armée en pays occupé, la réinsertion de ses troupes dans la vie civile ou encore l’implication abusive des autorités militaires dans les affaires juridiques impliquant leurs membres. Bref, un film qui éveille les consciences, tout en maintenant son objectif premier qu’est l’enquête policière, émouvante et éprouvante, menée par un père à la recherche de son dernier enfant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s