Si à La Grande Bellezza

– Paolo Sorrentino ; 2013 –

1389195759630_0570x0379_1389195796067

La Grande Bellezza est construite sur cette alternance du vulgaire et du beau, de l’évanescence et de l’éternité. L’oeuvre de Sorrentino nous offre un portrait de cette Rome contemporaine qui vacille entre une superficialité mondaine et une simplicité grandiose quoique souvent cachée, voire ignorée.

Ce voyage esthétique et spirituel est porté par Jep Gamberdella (Toni Servillo, parfait); écrivain devenu journaliste exigeant. Ayant appris la mort de son premier amour, ce héros vieilli et désabusé erre dans les nuits de la capitale, portant un regard critique sur sa propre existence. Les relations de cet homme influant nous permettent d’admirer avec lui les riches secrets de Rome, vestige d’une civilisation souveraine. Ces scènes, rêveries de promeneur solitaire, sont de véritables chefs-d’œuvres auditifs et visuels, objets d’un traitement cinématographique consciencieux. Ils contrastent avec les scènes orgiaques des réceptions et soirées mondaines réunissant les plus riches personnalités romaines. Démesure et grotesque sont les maîtres mots de ces événements sur lesquels se portent les regards ironiques de Jep et du réalisateur, qui en détachent malgré tout quelques éclairs de grâce.

Ce héros sceptique n’en demeure pas moins le fruit de cette société du prestige et du paraître qu’il a souhaité dominer dès ses premiers succès. Ses rêveries et souvenirs, jaillissant sous forme de brève ellipses, nous permettent toutefois de nous approcher plus près du personnage et d’en déceler les failles. Marqué par un amour inoubliable, l’écrivain se met à rechercher cette beauté perdue, source d’inspiration lui ayant apporté talent et reconnaissance. Cette quête intime se dépeint en multiples fresques, humaines et architecturales, hommages à une beauté harmonieuse et apaisée, éternelle. Ces scènes, accompagnées d’une bande-son à leur mesure, émeuvent, bouleversent, marquent.
Tout du long, elles forment une ode grandiose au temps qui passe, aux regrets, à l’amour des êtres et des choses.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s